Archivum

Forum de Sauvegarde et d'Archives
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [CELT]Beurre et beurres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 387
Date d'inscription : 02/06/2009

MessageSujet: [CELT]Beurre et beurres   Ven 12 Avr - 11:10


Mettons d’abord les choses au clair : Le beurre salé, n’a strictement rien à voir avec les bestioles qui broutent dans un pré salé – qui rappelons-le est une pâture qui a pour particularité sa proximité avec la mer dont elle profite de la crue à la marée montante – en revanche, la viande extraite de ces animaux (généralement de l’agneau) a effectivement une saveur très singulière qui diffère de celle de la viande salée.

On trouve en général les plus importants producteurs de beurre salé du coté ouest de la France, et particulièrement en Bretagne. L’importance du beurre dans la vie quotidienne bretonne fait aussi l’objet d’une cérémonie du Pardon dans la chapelle Notre Dame du Krann à Spézet. Je ne reviendrais pas sur la méthode de pasteurisation qui consiste à la fabrication du beurre. Notons simplement pour obtenir un kilo de beurre il est nécessaire d’utiliser environ 20 litres de lait entier (non pasteurisé).

On considère comme beurre salé celui qui contient un minimum de 5% de sel.

Historiquement, le beurre est un produit consommé par l’homme depuis la domestication des vaches, vers 3500 AD par les sumériens. Le principe de salation est très vite adopté pour une meilleure conservation. Au fur et à mesure de son évaluation, le beurre devient un produit de plus en plus couteux, et sera concurrencé sous l’air Napoléonienne par la margarine, moins chère. Aujourd’hui encore, du fait de sa nature animalière, de produit laitier animal, le beurre reste moins digeste que certaines huiles végétales, notamment l’huile de palme

Entre 1485 et 1506, afin pour avoir le droit religieux de consommer du beurre pendant la période de carême, les fidèles de la ville de Rouen financèrent la construction d’une tour en pierre dans la Cathédrale de Rouen, aujourd’hui encore nommée la Tour de Beurre.

Bien que le beurre ait une conservation limitée dans la mesure où il est sensible aux composants chimiques du à l’oxygène, une fois salé, il se conserve beaucoup plus facilement. CQFD.

Evidemment, l'excès de consommation entraîne l’augmentation de cholestérol et des possibilités de contracter des maladies cardio-vasculaire, contrairement au fait que certaines huiles végétales, notamment l’huile de palme (aussi préféré pour son faible cout de production) concentrent des huiles gras saturés qui permettent de condenser les vitamines A et E et les oxydants diminuant le transport de cholestérol.

Parmi d’autres curiosités liés au beurre et qui naturellement n’ont rien à voir avec le beurre, il semblerait que le beurre serait un thème d’inspiration particulièrement lié aux périodes de guerre. Un romand de Jean Dutourd intitulé « Au bon beurre » dont l’intrigue se situe pendant la période de l’occupation allemande, et « l’Assiette au Beurre est un journal humoristique datant de la période de la première guerre mondiale. Avis.

Conclusion : consommez de l’huile de palme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onelexonearchives.forum-motion.net
Admin
Admin


Messages : 387
Date d'inscription : 02/06/2009

MessageSujet: Re: [CELT]Beurre et beurres   Mer 5 Juin - 15:35

Idée reçue numéro : 1
Le Palmier à Huile est une menace contre l’environnement.

En dehors du fait que l’huile de palme est une des denrées les plus essentielles de l’alimentation des pays d’Amérique du Sud, d’Afrique et d’Asie, ce sont effectivement la Malaisie et l’Indonésie qui sont les premier producteurs d’huile de palme, et par conséquent les pays exploitant le plus de surface de de forêts naturelles.

Si on prend des chiffres allant grossièrement sur les 25 années 90-2000, sur 21 millions d’hectares de forêt industrialisées par l’homme, seulement 3 millions ont été consacrés aux plantations (en général) le reste des 18 millions allant à d’autres industries comme la fabrication de papier, de meublier ou de même de charbon de bois.

Les organisations comme la WWF ont choisi de faire de l’Orang-outang leur mascotte dans leur lutte contre la plantation de palmier à huile (pas sûr qu’on lui paye ses droits d’auteur en plus). Mais ce qu’on dit moins, c’est que le fait de transformer les forêts primaires en plantation permet de préserver la biodiversité à plus de 85%.

J’ajoute à ça le fait que les rares parasites néfastes au palmier huile ont tous des éradicateurs purement biologique. Pas de pesticides, donc pas de risque de pollution des nappes phréatiques comme le font, rien qu’en France, 370 000 hectares de plantations de betterave. Je n’ai pas inclus le blé, dont vous êtes premiers producteurs mondiaux, ni le maïs, 5ème producteurs, On mange du pain tous les jours et ce n’est pas pour autant plus néfaste. De plus que l’extraction de l’huile de palme et de l’huile de palmiste (je reviendrais sur la différence des deux pour ceux que ça intéresse) se fait par pression et sans avoir besoin d’ajout de produits chimiques.

Tout ça avec un très faible cout de production.
Elle est l’huile la plus consommée au monde (25%) devant l’huile d’olive ou l’huile de colza, et d’ailleurs en dehors du sucre, c’est le seul produit naturel qui peut être transformé en carburant propre.

Idée reçue numéro2 :
L’huile de palme est mauvaise pour la santé

Quand on dit huile de palme, on dit forcément avant tout et avant tout : acides gras saturés… ouuuuuhhh.. c’est quoi ce truc, ça fait peur donc forcément c’est mauvais !

Les acides gras saturés se trouvent naturellement dans toutes les huiles et les corps gras. Ca porte un nom super machin chose pour des raisons scientifiques que franchement je n’ai jamais cherché à vraiment comprendre. L’essentiel, c’est de savoir que oui, c’est du GRAS. Et d’ailleurs, du gras qu’on trouve à 97% dans notre beurre salé chéri (ah, la légère crêpe beurre salé/sucre chaude dégustée avec ma Protectrice et Monsieur à Pont Aven l’été dernier. -Soupirs-.).

Ces acides gras saturés donc, d’origine animale ou végétale consommées de façon excessivement exagérées peuvent effectivement mener à des risques es risques d’accidents cardio-vasculaires.

Mais contrairement à cela, ils sont en parti nécessaire pour le bon fonctionnement du corps humain. Pourquoi ? A cause du cholestérol. Et oui, en voilà un aussi qui fait peur, et qui pourtant…

Je m’explique (ou du moins j’essaye de redire ce que mon médecin m’a expliqué quand j’ai ouvert de grands yeux en voyant mes propres résultats sanguins). En fait,le cholestérol en lui-même est un machin qui se promène tout à fait normalement dans le sang, et qui comme le fer, les enzymes, le sucre et tout le bla bla sert à coordonner notre bon fonctionnement. On parle à tord de bon ou de mauvais cholestérol, dans le sens où tout dépend de la façon dont il se déplace dans le corps. Le « bon » cholesterol est celui qui se déplace grâce à des transporteurs + (plus) et le « mauvais » grâce à des transporteurs – (moins). Ce qui en fait la différence c’est donc le lieu où se dirigent ces transporteurs. Ce sont les – qui promènent le cholestérol vers des organes vitaux comme le cœur et qui deviennent dangereux, et les + qui le promènent vers le foie, les reins et autres organes d’élimination.

Ca je parie que vous ne le saviez pas Wink A moins d’être vraiment calé en médecine de Grand-Maman

On a également trouvé à l’huile de palme des vertus très positive contre la cécité des enfants du fait de sa très forte concentration en vitamine A (en fait il s’agirait même probablement du seule produit avec autant de vitamine A et E ).
Des études récentes auraient lui aurait même trouvé des vertus contre le cancer de l’estomac
L’huile de palme est en effet hydrogénée, ça veut dire qu’à une certainement température elle prend une consistance un peu plus solide. Pas terrible pour faire des frites certes. Mais elle l’est naturellement. Le beurre de cacao est également naturellement hydrogéné, et personne ne dit qu’il est mauvais pour la santé d’en consommer!

L’industrie de l’huile de palme est un secteur capitaliste qui ne profite qu’aux grands groupes qui imposent sa consommation aux pauvres petits acheteurs que nous sommes.


Déjà un consommateur n’est jamais « obligé » d’acheter tel ou tel produit.

Dans les pays les plus défavorisés la culture de l’huile de palme contribue à la création de revenus et d’emplois dans le monde rural. Le commerce du bois en général constitue des apports de base à toute une chaine d’investissement allant : semences, récoltes, pépinières et autres infrastructures. Elle est alors intégrée à une planification du paysage en concertation avec les populations locales. Dans la mesure également où les plantations sont encadrées.
Je vais prendre le cas d’un pays que je ne citerai pas (bien que j’admette qu’il s’agit d’un cas qui me touche particulièrement et que de toute façon tout le monde sait de qui il s’agit) ou sur 200 000 hectares de plantations, 150 000 appartiennent à des planteurs villageois souvent familiaux et regroupés en coopératives.
Aujourd’hui, à une échelle mondiale, ce sont justement ces (incluant donc l’Indonésie et la Malaisie – Je précise pour ne pas que le chiffre semble faussé) 30% de ces planteurs privés qui fournissent le marché du palmier à huile.
Oui, la production d’huile de palme concerne directement la fabrication industrielle. Après tout c’est une huile très chargée en antioxydants. Pratique pour le graissage de la machinerie, des usines. Lorsque son rendement est achevé, le bois du palmier est très facilement recyclable, avant tout en tant que combustible, mais il sert aussi à la fabrication de meubles considérés en occident comme très exotiques et à forte valeur ajoutée
En ce qui concernent les grands groupes, ils sont de plus en plus nombreux a reconnaitre les vertus de l’huile de palme comme L’Oréal ou Carrefour, et de reconnaitre que l’image négative donnée à l’huile de palme n’a pas lieu d’être.
Le meilleur exemple que je peux donner est celui des Magazins U qui ont, suite à procès lancé par l’AIPH, L'Association Interprofessionnelle de la filière Palmier à huile (eh oui, il y en a une) été obligé de reconnaitre qu’ils faisaient carrément de la publicité mensongère.
Je vous renvoie là pour plus d’info :
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
L’huile de palme c’est comme la pub. On en noirci l’image à coup de désinformation allant parfois jusqu’au mensonge et au manque d’éclaircissement. On a forcément peur de ce qu’on ne connait pas.
Ferrero évidement est directement concerné : franchement, qui va me dire que JAMAIS JAMAIS au Grand JAMAIS vous ne JAMAIS mangerai de
N UT ELLAAAAAA
« Parce que chaque jour c’est du bonheur à tartiner \o/ »
(oui, je milite aussi en faveur de la pub)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onelexonearchives.forum-motion.net
 
[CELT]Beurre et beurres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avec des petits beurres (biscuits à thé)
» Qu'appelle-t-on Beurre Allégé ?
» Poulet au beurre de Marilou
» Crème au beurre moka
» TRANSFERT du glaçage à la crème au beurre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archivum :: Script :: Paranoïaque-
Sauter vers: