Archivum

Forum de Sauvegarde et d'Archives
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 BZH - [Portrait] Surcouf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 387
Date d'inscription : 02/06/2009

MessageSujet: BZH - [Portrait] Surcouf   Ven 28 Aoû - 8:10

Chut ! Couché les geeks, je ne parle pas de la chaine de magasin… bien que soit les soldes !

C'était quatreuh corsaires qui étaient les plus bôôôô hisse et hôôô (pas tapper, pas tapper, la vidéo traine, mais je ne l'ai pas oubliée, c'est juste que mon logiciel essuie quelques bugs et que j'ai été contrainte de tout recommencer. Bon, ceci dit, revenons à nos korrigans… korrigans)

[ka]
[tching]

Ils n'étaient pas quatre au final, mais seulement deux. Eh oui, le Capitaine Robert Surcouf et Nicolas Surcouf, qui fut son second pendant une quinzaine d'années et contribua ainsi à nombre de ses succès, étaient frères.

Cependant, c'est surtout sur la carrière de l'ainé que nous allons nous attarder ici.

Ce fier breton est né à Saint Malo le 12 décembre 1773 à la fin du règne de Louis XV. Il consacra toute sa vie à la mer à pourchasser les bâtiments de la marine marchande et militaire britannique.

Avant d'aller plus loin je pense qu'il est nécessaire de faire un petit aparté sur la fonction de corsaire et sa grande différence avec la piraterie classique. Un corsaire était en fait un civil habilité par une lettre de marque à battre le pavillon du pays dont le souverain la lui avait délivrée et d'attaquer en temps de guerre tous les navires ennemis de la Nation à laquelle il avait prêté allégeance. Les règles générales et administratives respectées par les corsaires étaient aussi strictes que la législation de guerre à laquelle étaient soumis les soldats et marins. Il ne faut donc pas les confondre avec les pirates qui exerçaient des activités de pillage illégalement et pour leur propre compte. En gros une forme de banditisme. Les prises des corsaires étaient régies par un tribunal des prises.

L'activité qu'ils pratiquaient était appelé la Course ou Guerre de Course, d’où la signification étymologique du mot CORSaire (et moi croyait qu'ils étaient de Corse… on m'aurait menti).

Saint Malo, fief des frères Surcouf était ainsi devenu l'un des principaux ports corsaires. Revenons en donc à ce charmant jeune homme. Enfin charmant… Faut dire qu'il avait un léger problème de surpoids mais passons. Destiné à la voie des ordres, Surcouf prends la mer dès l'âge de treize ans et s'engage dans la marine. A peine âgé de 20 ans il est nommé capitaine de son premier navire, La Créole. C'était donc un homme d'aspect ordinaire assez loin de l'image que l'on peut se faire du corsaire de base. Un caractère doux, des gouts très subtils et une sainte horreur de la violence et du sang.

Mais qu'est-ce qui a bien pu le motiver dans ces conditions à devenir corsaire me direz vous ?

Eh si… une nana !

A l'époque ou notre homme était encore marin, il tomba amoureux d'une jeune femme et sollicita sa main auprès de son père qui refusa tout net en lui rétorquant

"Eh bien ! Surcouf, reviens me voir quand tu seras devenu bien riche, et peut-être alors nous ferons affaire."
Parti pour l'Inde, Surcouf y pille son premier navire. Il entre dans la légende en 1976 en prenant à l'abordage un vaisseau britannique bien plus important et plus armé que le sien. Le nom de Surcouf est sur toutes les lèvres. De pillages en attaques, coups de semonces et abordage, il construit sa fortune, mais manque de la perdre lorsqu'il en vient aux frais de la justice pour exercice de piraterie après avoir écumé la mer sans lettre de marque. On lui confisque son butin et il est poursuivi en justice. Cependant les autorités acceptent de remettre la valeur de ses prises en récompense de son courage.
Mais sa plus belle récompense l'attend à son retour à Saint Malo où il est jugé comme assez riche pour épouser la dame de son cœur. Bien qu'heureux en mariage, il est difficile pour un marin de rester à terre. Il reprend la mer et se voit gratifié de campagnes toutes aussi heureuses. Lorsqu'il prend sa retraite et s'établit comme armateur à Saint Malo wikimachin estime sa fortune à plus de 3 millions de francs.
Il meurt de ce qu'on estime être un cancer à l'âge de 54 ans à Saint-Servant et sera inhumé dans la ville de sa naissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onelexonearchives.forum-motion.net
Admin
Admin


Messages : 387
Date d'inscription : 02/06/2009

MessageSujet: Re: BZH - [Portrait] Surcouf   Lun 23 Fév - 10:33

L'une des citations les plus célèbres de Surcouf reste celle qu'il obtint lors d'un entretien avec le capitaine d'un bâtiment de la Royal Navy, qui lui reprochait la chose suivante :

« Capitaine anglais : Vous, Français, vous vous battez pour l’argent – tandis que nous, Anglais, nous nous battons pour l’honneur ! »
« Surcouf : C’est bien vrai Monsieur. Chacun se bat pour ce qu’il n’a pas. »37
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onelexonearchives.forum-motion.net
 
BZH - [Portrait] Surcouf
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OSCAR WILDE : Le portrait de D.G., pièces, adaptations, citations...
» Stage photo studio (portrait et photo de mode)
» Portrait pendant ganesh
» portrait de coluche
» Portrait d'mon amie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archivum :: Script :: Paranoïaque-
Sauter vers: